logo-site-officiel soundcloud logo-black facebook-logo-webtreatsetc

Tu es là

On les a vus grossir ces porcs
Qui nous font mordre la poussière
Et sous nos peaux, par tous nos pores
On la sent monter la colère.
 
Assis à l'arrière du pays
Ça se débat à corps perdus
La bête sait qu'on est trahis
Attend son heure bien entendu

REFRAIN


 Mais toi tu es là,
Tu es mon soleil
Je vois dans tes bras,
Un bout de ciel bleu tout au loin
De ça,..ira ...je crois

 

Voilà qu'ils se nourrissent hors sol
Ces petits humains tout paumés
Le canapé ma camisole
Bouffant télé-réalité

REFRAIN

Rouen il fait froid et je ne capte plus
Comme ailleurs tout part en fumée
Où vont ceux qui ont disparu ?
Moi ma maison elle a brûlé

REFRAIN

Indignados

Qu'importe le meilleur
C'est déjà le pire
Les bourses ont leurs traders
Les états leurs vampires
Et vogue ta galère
Pas d'thune ? Pas d'bol !
Vas-y crache sur ta misère
Relève ton col
Relève ton col !

Ouuuuh, Indignados
Ouuuuh, Indignados

Un jour unis tous ensemble
Y en a plus un qui tremble
Dans l'immense bordel
Tous les puissants déchantent
Qu'elle est bonne la nouvelle
V'là nos lend'mains qui chantent
Les majeurs pointés vers le ciel

Chorus:

On entend les discours
Lâchés par les vautours
"Sois grand ! Et marche et crève !"
On l'entend tous les jours
Par les rois et leur cour
"Sois grand ! Et marche et crève !"
On se dit bien qu'un jour
Ce sera notre tour
Et l'on rève
Que les marchés crèvent !

Alors, qu'est ce tu fous là tout seul
Comme un pion sur le grand échiquier
Tape le sol viens crier
Si l'âme est là tu sais combien
même ta p'tite voix peut compter

On est plein dans l'quartier
Ramène ton coeur
C'est bientôt l'heure
Fais gaffe, ça peut saigner tu sais
Au bout des luttes
Personne n'est vraiment sûr de rester

* Chorus *

SkyZo

Dans son corps
Un autre que lui
Parle au décor
Tout le long de la nuit
Son monstre le tient
La tête dans ses mains

Il enserre le nerf de la guerre
Etrange mélange de larmes et de vin
Son monstre le tient, c'est son pain quotidien
Des litres de chagrin sur le chemin

Chorus:

Est-ce lui qui arme, l'autre qui parle ?
Le bras levé, les poings serrés
L'âme à l'envers, les yeux grand ouverts
Est-ce bien toi mon frère ?

Dans ses voyages au bout de l'ennui
C'est l'autre qui sort, et qui grandit
Persuadé qu'il faille, ne plus être sage

Faut hurler très fort, faire sonner l'orage
Saigner l'entaille et bien davantage

* Chorus *

Dans son corps
Un autre que lui
Parle au décor
Tout le long de la nuit
Son monstre le tient
C'est son pain quotidien
Des litres de chagrin sur le chemin

Il enserre le nerf de la guerre
Etrange mélange de larmes et de vin
Son monstre le tient, c'est son pain quotidien
Des litres de chagrin sur le chemin

Est-ce lui qui arme, l'autre qui parle ?
Le bras levé, les poings serrés
Son arme à l'envers, les yeux grand ouverts
Etait-ce bien toi mon frère ?

Du vent dans les voiles

On est tous abonnés
Tous accrochés
Aux écrans saturés
De publicité
Nous voilà scotchés
Tout paralysés
Sans cri Sans haine
Devant MSN
Pour du bling
Pour du bling
On rêve de standing
On oublie nos cerveaux
On avala comme des veaux

Je sais le mal Je sais les mots
J'veux du vent dans mes voiles
Regarder plus haut
J'veux du vent dans mes voiles
Regarder plus haut

Les ignares ont leur place au sommet
On les place on se marre
Pourtant on les remet
Jette donc aux poubelles
Les people sans cervelle
Arborant leur dentier
sur papier glécé

Je sais le mal
Je sais les mots
J'veux du vent dans mes voiles
Regarder plus haut
J'veux du vent dans mes voiles
Regarder plus haut

On est tous abonnés
Tous accrochés
Aux écrans saturés
De publicité

Je sais le mal
Je sais les mots
J'veux du vent dans mes voiles
Regarder plus haut
J'veux du vent dans mes voiles
Regarder plus haut

Mal partout

C'est si bon quand je dors
Dans mes rêves je fais le mort
Je ne me sens plus saoul
Même dans la fièvre des corps
Alors que j'en voudrais encore
Je me sens mal partout

Et dans les caves où je crève
De désir amer sur les lèvres
Je mets sans dessous
Toutes ces femmes sans saveur
Le temps d'un fantasme d'une heure
Je me sens si saoul, je me sens mal partout

Je parle au peuple des ombres
Je creuse lentement la tombe
J'ai trop mal partout
Moi si tu pousses un je tombe
Je creuse lentement la tombe
J'ai trop mal partout, oh oui mal partout

Je vois bien qu'il est l'heure
Au loin, on me fait signe
Les bras le long du corps
La tête dans le décor,...

J'voudrais qu'on m'arrose d'essence
Mettre le feu à tous mes sens
Voir danser ses flammes partout
Leur langues n'importe où

Moi si tu pousses un je tombe
Je creuse lentement la tombe
J'ai trop mal partout, oh oui mal partout

Je parle au peuple des ombres
J'ai creusé lentement la tombe
J'aurai plus mal partout
Oh moi tu m'as poussé je tombe
J'ai creusé lentement la tombe
J'aurai plus mal partout, oh oui mal partout